Le street art : une arme de revendication politique ?

Il faut savoir que le street art ou art urbain se réalise dans des endroits publics et également dans les rues. Ceux qui ont recourt à cette technique usent de stickers, de graffitis ou encore de posters. D’autres méthodes sont aussi utilisées. Cependant, cet art est également utilisé pour faire de la politique. Qu’en est-il réellement à ce sujet ?

Comment le street art intègre la politique ?

La notion de street art et politique ont été unis lors de cette pandémie. Le tout a donné naissance à diverses œuvres de rue contenant des messages politiques. L’objectif de ces derniers c’est alors de parler indirectement de l’irresponsabilité dont font preuve de nombreux dirigeants. L’espace public est de ce fait politisé pour permettre à la population de s’exprimer autrement. En Angleterre à titre d’exemple, certains schémas bien expressifs représentent une poupée d’infirmière peinte auprès de héros mondialement connus qui est Spiderman. Il s’agit là d’un hommage rendu au personnel soignant luttant contre l’expansion du Covid19. L’œuvre est accroché à l’établissement hospitalier de Southampton et fait l’objet d’une vente aux enchères.

Le street-art : pour s’exprimer librement

Les domaines street art et politique ont aussi été combinés de manière à s’exprimer plus librement. En effet, les artistes qui se passionnent pour cet art n’hésitent pas à se montrer critiques envers les responsables politiques qu’ils jugent parfois inaptes. Toujours en Angleterre, John D’oh décide de créer un pochoir pour blâmer Trump par rapport à sa déclaration sur l’injection de désinfectant dans les poumons. Selon cet homme politique, cette technique pourrait être efficace pour lutter contre le corona virus. Au Brésil également, Aira Ocrespo décide de peindre le président Jair Bolsonaro en lui ajoutant un nez de clown rouge. Le but de cette fresque est de démontrer l’incapacité du chef de l’état face à la crise sanitaire qui gagne des dimensions inquiétantes au Brésil.

Le street art pour la revendication

D’après Jérôme Mesnager, street art et politique forment un tout qui permet de s’exprimer sur le plan politique et cette démarche est nécessaire bien qu’elle ne dissimule pas l’aspect artistique de cette œuvre unique. Ainsi, il est faux de penser que le street art n’est qu’un outil utilisé pour attaquer les politiciens. Avant tout, chaque image représente un chef d’œuvre qui permet à tous et à chacun d’attester des charmes de la poésie. Dès lors, cette méthode sert à revendiquer la polyvalence de l’art tout en rappelant les dirigeants planétaires à l’ordre. En outre, il s’agit d’une question de feeling car avant de s’adonner à cette activité, encore faudrait-il l’aimer.

Les particularités de l’œuvre de Caravage
Les mystères du dernier tableau de Van Gogh enfin dévoilés